Contre les publicités sexistes (S. Pietrucci, C. Vientrane, A. Vincent)...

Publié le par NPA 06 Ouest

COUV publisexiste mail.jpg

 

Alors que le salaire des femmes est encore inférieur de 27 % en moyenne à celui des hommes, qu’elles sont les premières touchées par la crise via la casse des services publics, la précarité et le temps partiel, on peut se demander s’il est bien utile d’écrire sur les publicités sexistes.

 

Mais aujourd’hui les médias sont un vecteur important de l’idéologie et dès le plus jeune âge, les enfants avalent la publicité au milieu des programmes qui leur sont plus ou moins dédiés. Or comme le démontre minutieusement ce livre, la publicité donne une image des femmes particulièrement normative.

 

Que ce soit la femme ménagère, celle qui fait la lessive, la cuisine, s’occupe des enfants ou la femme objet dont le corps souvent dénudé est un argument de vente pour toutes sortes de produit.

 

Depuis quelques années, la vague du « porno chic » particulièrement en vogue dans la promotion des accessoires de maroquinerie, met en scène des femmes dans des positions quasi pornographique (de préférence avec des talons aiguilles).

 

Dans un autre genre, les femmes attendent leur « prince charmant », pauvres choses fragiles, minaudant, avec la plupart du temps, la bouche entrouverte...

 

La publicité donne également une vision de la « beauté » qui résonne comme une injonction pour les femmes, particulièrement pour les plus jeunes, sommées d’être parfaites (selon les canons en vigueur), maigres et lisses (le moindre poil doit être exterminé).

Vu des hommes ou des jeunes garçons, la publicité a tendance à normaliser la domination que subissent les femmes, à les cantonner au rôle de faire-valoir.

 

Ce livre est un décryptage indispensable de la manière dont les femmes sont devenues un objet de publicité.

Mais il va plus loin en donnant des exemples des résistances mises en œuvre par des associations féministes ou antipub.

 

À lire et à faire lire aussi, surtout aux plus jeunes, filles ou garçons.

 

Éditions L’Échapée, 238 pages, 13 euros.

Publié dans Presse divers...

Commenter cet article