Corse : criminalisation de l’action militante...

Publié le par NPA 06 Ouest

Anne-Laure Cristofari, militante d’A Manca (la Gauche) et animatrice du collectif « Contre la spéculation et pour le droit au logement à Calvi », qui s’est mobilisé contre un projet de logements de standing au détriment de logements bon marché et d’équipements collectifs qui manquent cruellement, est poursuivie pour diffamation par les promoteurs.

 

Les promoteurs ? La Semexval (Société d’économie mixte pour l’expansion de La Valette-du-Var), bien connue pour ses investissements spéculatifs dans la région. Sa PDG n’est autre que Madame Hummel, sénatrice UMP du Var et son président d’honneur, l’ancien ministre Hubert Falco. Pourquoi s’exiler de leur terre d’origine vers la Corse, sinon pour l’attrait de maxi profits liés au développement touristique intensif décidé par les majorités successives de la collectivité territoriale (région) et favorisé par l’État français ­? Et comme un bonheur ne vient jamais seul, le maire de Calvi qui a signé le permis de construire, Ange Santini, est aussi UMP. Vous avez dit coïncidence ?
 
Quel est donc le crime d’Anne-Laure ? D’avoir reproduit sur le site public d’A Manca un article qu’elle avait donné à Tout est à nous ! (n°99 du 21-4-2011) dans lequel elle replaçait cette opération dans son contexte général, celui d’une « cupidité des promoteurs aménageurs liés à des milieux politico-mafieux ». De ce constat général, Hummel se sent visée et donc diffamée par amalgame, car le site internet serait un média tellement grand public, par définition, que l’atteinte à la réputation en serait d’autant plus grande. On ne savait pas que le site d’A Manca était si universellement connu ! Ce qui les a au moins autant irrités, c’est l’ampleur de la mobilisation initiée par le collectif contre ce projet, l’écho rencontré dans la population qui a obligé le maire à reculer partiellement pour un des deux lots, en acceptant de construire des logements moins chers. Il pensait peut-être ainsi désamorcer le conflit. Las ! Le collectif continue pour le retrait définitif du projet dans sa totalité. Il leur fallait donc frapper fort pour faire peur et faire taire.
 
Somexval et Mme Hummel réclament 10 000 euros chacun à titre de dommages et intérêts, et 3 000 euros chacun pour leurs premiers frais, sans compter tous les autres frais judiciaires, d’huissier et de parution du jugement dans trois journaux, en s’appuyant sur la loi de juillet 1881. Soit au minimum 26 000 euros, si le tribunal suivait la requête des plaignants !
Samedi 14, une soirée de soutien à Anne-Laure s’est tenue à Calvi avec succès. 150 personnes, sans aucun dirigeant politique. Des militants investis localement dans des associations de défense de l’environnement, des militants culturels et des jeunes Calvais. Soirée chaleureuse et militante et qui a permis de récolter des dons. Très bon reportage dans la presse locale ce lundi matin. Il faut amplifier les soutiens, notamment financiers. Anne-Laure comparaîtra le 15 février à 15 heures au tribunal de Toulon.
 
Daniel Desmé.
 
On peut envoyer des dons par versement sécurisé via www.paypal.fr pour le compte sustegnu@gmail.com

Publié dans International...

Commenter cet article