Financement de la Sécu : des mauvais coups et le pire est annoncé !

Publié le par NPA 06 Ouest

L’Assemblée nationale a débattu du projet de loi de financement de la Sécu (PLFSS) pour 2012.

 

Sont ainsi ponctionnés :
- les malades. La diminution de 6 % du montant des indemnités journalières, trop impopulaire, n’a pas été retenue. Mais il n’y pas lieu de crier victoire car des « mesures équivalentes en termes de rendement » seront prises. Il est envisagé d’augmenter le délai de carence, les quatre premiers jours d’arrêt de travail, au lieu de trois, ne seront plus indemnisés. Les dépassements d’honoraires se multiplieront car les médecins seront plus nombreux à les appliquer.
- Les familles : les prestations familiales étaient (un peu) augmentées chaque 1er janvier. Désormais ce sera au 1er avril. Les exigences de la Droite populaire concernant « la lutte contre la fraude » ont été retenues. L’administration pourra accéder aux relevés bancaires des familles et supprimer les allocations des présumés fraudeurs.
- Les licenciés : les indemnités de rupture au-dessus de 73 000 euros seront soumises à cotisations sociales.

Après l’annonce d’une prévision de croissance en baisse, un plan d’économie supplémentaire est en préparation. La Sécu sera au cœur du débat électoral, d’autant plus que le Medef et Sarkozy ont présenté simultanément leur objectif : supprimer les cotisations au profit de la TVA « sociale ».

Publié dans Social - société...

Commenter cet article