Le tract de la semaine...

Publié le par NPA 06 Ouest

Notre pouvoir d'achat s'effondre,

leurs profits explosent !

  

L'année 2012 a débuté  par une avalanche d'augmentations : la TVA réduite passant de 5,5% à 7% ; les transports, le gaz ; les sodas et le tabac...et ce n'est pas terminé puisque le gel du barème de l'impôt sur le revenu acté  dans le  dernier plan de rigueur “ officiel ” de Sarkozy, se traduira par une hausse de l'impôt et de nombreux non imposables ne le  seront plus.

De plus, les mutuelles annoncent également des augmentations de leurs tarifs....obligeant ainsi de plus en plus de personnes à s'en passer faute de pouvoir les payer.

 

Ces nouvelles augmentations se cumulent avec toutes celles de l'année 2011 et aura pour conséquence première l'effondrement de notre pouvoir d'achat, rendant encore plus difficile les fins de mois pour des millions de salariés, retraités, jeunes et chômeurs.

 

TVA anti-sociale !

  

Sarkozy, avec la TVA  dite “ sociale ”,  tente un nouveau coup de poker : à la fois satisfaire une revendication chère au Medef et épouser le discours protectionniste.  Cette TVA empêcherait soi-disant  les délocalisations et défendrait  les emplois. Mais en réalité, il  s’agit de réduire fortement les cotisations patronales pour les allocations familiales.

  

C’est un nouveau cadeau d’environ 30 milliards d’Euros aux patrons, une baisse des salaires d’autant. 

 Comme toutes les autres baisses de cotisation, elle sera totalement inefficace pour défendre les emplois.

Compenser ce cadeau aux patrons par l’augmentation de la TVA c’est un nouveau hold-up sur les revenus de l’ensemble des classes populaires sous la forme d’un impôt sur leur consommation quotidienne.

Cet impôt est le plus injuste

 

Les organisations syndicales et la gauche politique dénoncent toutes aujourd’hui cette TVA antisociale.

Face à la volonté du pouvoir de passer en force, il y a urgence.

Une mobilisation unitaire peut et doit se construire, sans aucun préalable, pour le retrait immédiat du projet gouvernemental, avec comme première échéance la mascarade du “ sommet social ” du 18 janvier.

 

Ce n’est pas la crise pour tout le monde

  

Les groupes du CAC 40 viennent de rendre publics leurs résultats, ils auront fait en 2011, 86 milliards d’euros de bénéfices. Ils  verseront 37,4 milliards à leurs actionnaires qui voient la part de la richesse qui leur est distribuée augmenter de 31 % en cinq ans de 2006 à 2011.

 

Les patrons de ces groupes n’ont pas à se plaindre non plus puisque leur rémunération a augmenté de 34 % depuis 2006.

  

En prenant sur les profits il y a moyen d'augmenter les salaires, les retraites, les minimas sociaux  de 300 euros nets immédiatement.

  

Mais pour que ces 300 euros ne soient pas engloutis par la hausse des prix, il faut imposer l’indexation sur les prix, une échelle mobile des salaires, des retraites et des minimas sociaux.

Publié dans Tracts...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article