Marine Le Pen casse toi, Saint-Denis ne veut pas de toi...

Publié le par NPA 06 Ouest

Casse-toi ! C’est ainsi que des centaines de Dionysiens ont accueilli la présidente du Front national, venue pour une galette des rois à la Plaine-Saint-Denis dans le 93. La presse s’est largement fait l’écho de cet accueil défavorable à la candidate de l’exclusion et du racisme.

Pendant les fêtes de fin d’année, le collectif contre le Front national et l’extrême droite de Saint-Denis (qui, depuis six mois, rassemble le NPA, la Fase, le PS, le PC, la CGT Plaine commune, le SNUIPP, le MRAP, Ras-le-front, le Collectif antiraciste…) a appris que Marine Le Pen organisait un meeting le dimanche 8 janvier. En quelques jours, toutes les organisations politiques, syndicales et associatives de la ville ont créé les conditions nécessaires à une mobilisation large contre la présence du FN.
Ce dimanche 8 janvier, la manifestation a débuté à midi depuis le centre-ville. Près de 300 personnes ont défilé aux cris de « F comme fasciste – N comme nazi ! À bas le Front national », « C’est pas les Roms, c’est pas les sans-papiers qu’il faut virer, c’est Le Pen et le FN », « Première, deuxième, troisième génération, nous sommes tous des enfants d’immigrés ». Nombre d’habitantEs, et notamment de travailleurEs immigréEs, ont rejoint les militantEs antifascistes lorsque la manif a traversé les principales rues de la ville.
La manifestation s’est poursuivie en direction du Stade de France. Des camarades de la région parisienne, notamment du NPA, nous ont alors rejoints pour se rendre toutes et tous ensemble à l’une des d’entrées de la salle Eurosites où se tenait le meeting du FN. Regroupant environ 500 personnes, le cortège très dynamique a attiré des habitantEs du quartier, notamment des jeunes. Le rassemblement devant l’une des grilles d’entrée du site a permis de bloquer un des accès pendant plus d’une heure. Certains militants du FN, très énervés et parfois violents, ont dû faire demi-tour ! Puis, les manifestantEs se sont disperséEs dans le calme, leur devoir antifasciste accompli. La mobilisation a donc été un succès, elle a perturbé et retardé le début du meeting de Marine Le Pen.
Après la mobilisation étudiante de décembre qui a empêché son intervention à la Fac de Paris Dauphine en décembre, la manifestation de Saint-Denis montre que, décidément, le FN n’est pas un parti comme les autres et que nombre de travailleurs le ressentent. Son tournant social est une fiction et il cherche à diviser les travailleurs en propageant le racisme, l’islamophobie, l’anti­sémitisme, le sexisme, l’homophobie pour remettre en cause nos droits et libertés. Il ne propose aucune réponse au chômage et à la précarité.
Le Collectif anti-FN de Saint-Denis, fort de ce succès, se propose de continuer son action, unitaire et résolue, contre le danger fasciste. Le NPA ne peut que se féliciter de cette unité de combat. Et souhaiter que les exemples de Dauphine et de Saint-Denis soient imités partout en France.
Loïc et Robert (Saint-Denis).

Publié dans Anti fascisme...

Commenter cet article