Tout augmente... sauf les revenus !

Publié le par NPA 06 Ouest

hausse.jpg

 

Le passage à 2012 a déclenché une véritable avalanche d’augmentations.

 

Ce sont d’abord les effets de l’augmentation du taux réduit de la TVA qui passe de 5, 5 % à 7 % sur les travaux, l’hébergement, les services à la personne, la restauration… Cette augmentation concerne aussi les transports, du ticket de métro aux tarifs de la SNCF, qui annonce une hausse moyenne de 3, 2 %, en passant par les transports urbains des villes de provinces. Quand ce gouvernement a chanté sur tous les tons qu’il n’augmenterait pas les impôts, il fallait évidemment comprendre les impôts des plus riches. En revanche, il n’y va pas avec le dos de la cuillère quand il s’agit de l’impôt le plus injuste, le plus inégalitaire, celui qui frappe d’abord et surtout les plus pauvres : la TVA.

 

Il y a ensuite les taxes prévues par les plans de rigueur comme celles sur les sodas et sur l’alcool qui doivent rapporter 580 millions de recettes supplémentaires à l’État. Au nom de notre santé, paraît-il ! C’est sans doute aussi pour notre santé que nos mutuelles vont augmenter, amenant ainsi un nombre toujours croissant de personnes à renoncer à cette assurance complémentaire et par conséquent, alors que les remboursements par la Sécurité sociale ne cessent de diminuer, à renoncer purement et simplement à se soigner.

 

Autre augmentation dramatique, et qui concerne 12 millions de foyer, celle du gaz de 4, 4 % au 1er janvier. Depuis la privatisation, en cinq ans, il aura augmenté de 65 % !

 


Il faut ajouter les hausses de prix que les entreprises et la grande distribution pratiqueront en répercutant les nombreuses augmentations des matières premières.

 

Se déplacer, se chauffer, se soigner… ce sont des dépenses incompressibles et qui représentent une part importante du budget des salariéEs et des plus modestes qui sont le plus lourdement frappéEs.


L’augmentation des salaires, des retraites, des minimas sociaux est une mesure urgente d’autodéfense : plus 300 euros immédiatement, c’est le rattrapage indispensable ! Mais pour qu’il ne soit pas englouti par la hausse des prix, il faut imposer l’indexation sur les prix, une échelle mobile des salaires, des retraites et des minimas sociaux.

Christine Poupin.

Publié dans Social - société...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article