Régionales...

Liste « la gauche 100% sociale et écologiste » :

Anti-capitaliste, écologiste, solidaire, féministe et citoyenne...

Npa et Alternatifs.

Le Nouveau Parti Anticapitaliste et les Alternatifs, ont conclu, dimanche 24 janvier 2010, un accord pour constituer une liste unitaire pour les élections régionales de mars 2010 en Provence Alpes Côte d’Azur, une liste qui sera indépendante du Parti Socialiste et d’Europe Écologie.


L’objectif de la liste "la Gauche 100% sociale et écologiste" est de changer le rapport de force à gauche avec la volonté de donner une traduction politique aux luttes. Cette liste s’adresse à tous les citoyen-ne-s de la région pour leur proposer de bâtir et de défendre ensemble un projet régional alternatif. Cette liste sera celle de toutes celles et tous ceux qui aspirent à rendre majoritaire une alternative à la logique du système capitaliste, du libéralisme et des modèles productivistes.


Notre but est de battre la droite et l’extrême droite et de proposer une politique alternative pour notre région. Nous ne rentrerons pas dans une majorité sous domination sociale libérale pour y appliquer une politique d’accompagnement du libéralisme, contradictoire avec le programme de rupture défendu pendant notre campagne. En application de ce principe chaque composante de notre liste gardera son indépendance pour décider ou non de la participation éventuelle, à un exécutif régional.


Le programme proposé est un programme de rupture pour une transformation démocratique, sociale et écologique de la région. Il repose sur les quelques principes suivants :


- La région doit être un lieu de résistance aux ravages sociaux et écologiques du capitalisme, en se mettant au service de la population et des salariés, et en favorisant l’émancipation individuelle et collective.


- Chaque euro dépensé par la région doit être socialement utile et écologiquement responsable, dans le cadre d’une répartition des richesses qui profite à tous et pas seulement à quelques uns.


- Les citoyens doivent être associés à l’élaboration des politiques régionales et au contrôle de leur mise en œuvre.


- La région doit combattre la logique de la concurrence, et lui substituer une logique de coopération et de solidarité entre collectivités et entre individus


- C’est par la convergence des mesures politiques de rupture et des mobilisations sociales, écologistes et citoyennes que nous pourrons, ensemble, « remettre le monde à l’endroit ».

 

 

le programme en trois axes...
il suffit de cliquer

 

 

urgence
sociale

               

urgence
démocratique

              

urgence
écologique

 

Par ailleurs, les élections régionales ayant aussi une portée nationale, notre programme s’inscrit dans le cadre suivant :

Le Nouveau Parti Anticapitaliste et les Alternatifs en PACA constatent que sur les points principaux d’une telle politique, le bilan de la région dirigée par le PS ne correspond pas aux nécessités.
Alors que Sarkozy vient de déclarer qu’il comptait faire de ces élections un enjeu national, nous relèverons le gant contre une gestion de la crise entièrement tournée vers la défense des banques, des actionnaires, des plus riches et du système capitaliste en général, sans souci autre que démagogique de la crise écologique et climatique.


Les régionales sont un rendez vous politique national important.
Dans le cadre de la campagne, nous défendrons des mesures d’urgence répondant aux aspirations de celles et ceux qui ne veulent pas payer la crise capitaliste et qui veulent éviter la catastrophe écologique, conséquence du réchauffement climatique :

Interdiction des licenciements ; augmentation des salaires, des pensions de retraite, des minima sociaux de 300 euros nets ; pas un revenu inférieur à 1500 euros nets ; allocation d’autonomie pour les jeunes ; réduction du temps de travail, sans perte de salaire, sans flexibilité ni annualisation, avec embauches correspondantes ; création de centaines de milliers d’emplois publics, dans l’éducation, la santé, l’énergie, la petite enfance, le quatrième âge ; arrêt des privatisations et développement des services publics ; monopole de la banque et du crédit dans le cadre d’un grand service public bancaire ; monopole de l’énergie dans le cadre d’un grand service public qui donne la priorité aux énergies renouvelables et tourne la page du nucléaire ; transports en commun publics gratuits ; pour une agriculture nourricière et de proximité ; contre les discriminations et le racisme, pour la régularisation de tous les sans papiers, pour l’égalité entre les hommes et les femmes, pour l’égalité des droits et dans les faits entre les hétéros et les personnes LGBTI (Lesbiennes, Gay, Bi, Trans et Intersexe) ; solidarité internationale avec les peuples en lutte contre l’impérialisme et le néo-coloniaslisme ; retrait des troupes d’Afghanistan et d’Afrique ; solidarité avec le peuple palestinien notamment par le refus des accords des conseils régionaux avec l’État d’Israël.


Pour imposer ces mesures, il faut un rapport de force et œuvrer à la convergence des luttes.

C’est pourquoi - en lien avec notre campagne - nous continuerons à expliquer que seul un mouvement d’ensemble est susceptible de les imposer.
C’est ce mouvement d’ensemble que nous continuerons à populariser au travers de notre intervention, y compris pour ces élections.


Nous présenterons une liste indépendante de celle du PS et d’Europe Ecologie.
Nos listes s’engageront, sans ambiguïté, à faire barrage à la droite en se rassemblant avec les autres listes de gauche au 2e tour à l’exclusion de tout accord avec le Modem, dans le cadre de fusions « démocratiques ».
La liste arrivée en tête au 1er tour fusionnant avec les autres listes de gauche et écologique proportionnellement au 1er tour. Nous demanderons le même engagement au PS et à Europe Écologie.


Mais il s’agit aussi d’une élection locale et nous répondrons également sur ce terrain.
Notre volonté est de porter des projets de transformation sociale réelle dans la région PACA. Si les conditions en sont créées, nous pourrons travailler à leur mise en œuvre jusque dans les exécutifs régionaux car la gestion des régions ne peut s’envisager que comme un moyen d’atteindre nos objectifs.
Notre participation est donc liée aux conditions qui la rendent possible.
Il s’agit de la possibilité de mettre en œuvre les points essentiels de notre programme et du rapport de force permettant effectivement de les appliquer.
Cela ne sera pas possible dans le cadre d’un exécutif qui serait dominé par le PS ou EE, menant des politiques d’adaptation au social-libéralisme.
Cette hypothèse exclut toute participation du Modem ou d’une quelconque organisation de droite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :